Club de Réflexion Noctua & Bubo (CRNB) -Think tank-

Club de Réflexion  Noctua & Bubo          (CRNB)    -Think tank-

Voltaire et la tolérance: comment vivre ensemble ? (Lois sur la liberté d'expression)

tribunal.jpeg

6130734.jpeg

 

Liberté d'expression et tolérance : comment vivre ensemble 

 

« Si quelqu'un me montrait, entre l'indépendance complète et l'asservissement entier de la pensée une position intermédiaire, je m'y établirais peut-être. Mais qui découvrira cette position intermédaire ? »  -Alexis de Tocqueville (1805-1859), De la démocratie en Amérique

 

 

 

 

LIBERTÉ D'EXPRESSION

 

Ce que dit la loi aujourd'hui

 

Si la liberté d'expression est garantie en France, cela ne signifie pas que la presse a le droit de tout dire. La loi du 29 juillet 1881 reste le socle du droit de la presse, mais a été depuis plusieurs fois modifiée, pour intégrer par exemple les dispositions de la loi Pleven de 1972 ou de la loi Gayssot de 1990, mémorielle.

 

 

 

REPÈRES JURIDIQUES

PROVOCATION AUX CRIMES ET DÉLITS
L'apologie du meurtre, de la haine et l'incitation à la discrimination et aux crimes de toutes sortes : est pénalement répréhensible, quelle soit suivie d'effet ou non, l'incitation par "des écrits, imprimés, dessins, gravures, peintures, emblèmes, images, vendus ou distribués, [...] soit par tout moyen de communication au public par voie électronique" à commettre des infractions dont la liste est clairement précisée :
■ «Les atteintes volontaires à la vie, les atteintes volontaires à l'intégrité de la personne et les agressions sexuelles, définies par le livre II du Code pénal ;
■ les vols, les extorsions et les destructions, dégradations et détériorations volontaires dangereuses pour les personnes, définis par le livre III du Code pénal ; 
■ l'un des crimes et délits portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ; 
■ l'apologie [...] des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité ou  des crimes et délits de collaboration avec l'ennemi ;
■ [la provocation] à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ; 
■ [la provocation] à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation ou identité sexuelle ou de leur handicap» (article 24).
DÉLITS CONTRE LA CHOSE PUBLIQUE
Si l'offense au président de la République a été abrogée par la loi du 5 aout 2013, sont punies : "La publication, la diffusion ou la reproduction [...] de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle aura troublé la paix publique, ou aura été susceptible de la troubler" (article 27 de la loi du 29 juillet 1881).
DÉLITS CONTRE LES PERSONNES
■ La diffamation : «Toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation» (article 29).
■ L'injure : «Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait est une injure» (article 29).
Aujourd'hui encore, la loi de 1881 sur la liberté de la presse encadre les pratiques journalistiques. Le droit de la presse est déterminé par d'autres textes législatifs avec, à son fondement, l'article 11 de la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen, qui précise «sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi». Si «la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme», elle peut donc se heurter à d'autres liberté comme celle définie par l'article 9 du Code civil : «Chacun à droit au respect de sa vie privée.» Liberté d'expression face au respect de la vie privée, c'est au juge de trancher au cas par cas entre ces deux normes et sa décision fera jurisprudence. Les affaires de presse ou liées à la liberté d'expression sont jugées par la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris, composée de magistrats spécialisés.
91iljgs5.jpeg
1949,« PROTÉGER LA JEUNESSE»
Les publications [pour les enfants et les adolescents] ne doivent comporter aucune illustration, aucun récit, aucune chronique, aucune insertion présentant sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés crimes ou délits ou de nature à démoraliser l'enfance ou la jeunesse, ou â inspirer ou entretenir des préjugés ethniques ou sexistes.» -Article 2 de la loi de 1949.
[Sources : L'Histoire] 
 
 
 
 
 
INTRODUCTION
 
 

Pourquoi devons-nous protéger nos jeunesses : en leur transmettant des valeurs de tolérance et de respect ? 

 
Un bref plongeon dans le passé peut suffire à nous éclairer ; peut suffire à nous faire prendre conscience que la soif de l'intolérance est inextinguible. L'intolérance se nourrit quasi exclusivement d'intolérance... 
 
« Inextinguible est la soif de l'intolérance... Toujours à la recherche d'une nouvelle victime, d'un nouveau bouc émissaire ! »
 
 
 
 

HITLER OU DE L'INTOLÉRANCE À LA "SOLUTION FINALE"

 
375px-FrMeinKampf20050214.jpeg
Influencé par des théoriciens eugénistes racistes tels que l'Anglais Francis Galton (1822-1911) et l'Américain Madison Grant (1865-1937), mais aussi par l'antisémite américain Henry Ford avec ses théories et son livre "Le Juif international : le problème prédominant du monde" (1920) ; Hitler rédige (dicte à ses camarades emprisonnés Rudolf Hess et Emile Maurice) "Mein Kampf" en prison, entre 1924 et 1925.
 
Le livre écrit par l'industriel Henry Ford (1863-1947) s'inspire d'un pamphlet satirique antisémite conçu par un membre de la police secrète de l'Empire russe : "Les Protocoles des Sages de Sion" (date de parution : 1901). Ce livre, écrit par Matveï Golovinski, est une imposture, un faux élaboré dans le but de servir la propagande russe.
 
 
MEIN KAMPF
□ Date de parution (Allemagne) : volume 1 en 1925 / volume 2 en 1926.
□ Date de parution (France) : en 1934.
 
affiche4.jpeg
Affiche de propagande
 
□ 30 avril 1945, dans le bunker de la chancellerie de Berlin, Aldof Hitler se suicide :
 
«Je meurs le coeur léger, car je mesure l'immensité de l'oeuvre accomplie par nos soldats, nos femmes, nos ouvriers et notre jeunesse ; cette contribution est unique dans l'Histoire.»  (Extrait du Testament politique d'Adolf Hitler)

 

 

 

 

LA SECONDE GUERRE MONDIALE A FAIT PLUS DE 50 MILLIONS DE MORTS

393362.jpeg

 

→Au cours de ce conflit, la folie meurtrière inspirée et entretenue par l'intolérance,  le racisme, la diabolisation, a conduit à l'asservissement, aux exactions, et au génocide d'une partie de l'humanité.

 

Sur les différents groupes, dont les slaves et les homosexuels, victimes d'oppression, deux d'entre eux devaient être, impérativement, éliminés jusqu'au dernier : les "juifs" et les "Tsiganes" (avec quelques exceptions pour ce groupe/échelle nazie). Une partie de ces deux groupes, plus de 6 millions d'individus capables de penser, de pleurer et de souffrir comme chaque enfant, comme chaque femme, comme chaque homme, comme chacun d'entre nous, a été  "tout simplement", exterminée...

 

" Parce que  JUIF,  juif " 

 

" Parce que TSIGANE, tsigane "

 

 

 

 

La Shoah...

393364-1.jpeg

 

"Plus jamais ça !"

 

 

 

« Il y a eu un début... en 1925-1926, "Mein Kampf"...»

 

À partir du 1er avril 1933, date du boycott des magasins "juifs" en Allemagne, les premières mesures arbitraires commencent, brimades, humiliations, persécutions...

 

En fonction des catégories, opposants au régimes, communistes, Juifs, handicapés physiques ou mentaux, porteurs de maladies héréditaires, Tsiganes, "asociaux", homosexuels, témoins de Jéhovah, Noirs, l'exclusion de tout individu susceptible de menacer la "supériorité aryenne" se traduit par "l'hygiène raciale" qui lui est adaptée : stérilisation, emprisonnement, déportation, extermination : pour certains, la "Solution finale" commence...  HOLOCAUSTE

 

 

 

 

Bilan victimaire des deux groupes humains voués à une extermination totale (génocide)

 

-Près de 6 millions de juifs, 

 

-et environ 250000 Tsiganes ont été exterminés.

 

* Conditions : mauvais traitements, fusillades (Einsatzgruppen), camps d'extermination (chambres à gaz -fours crématoires-).

 

 

 

415198.jpeg

[CNRB]

 



Former une jeunesse nazie 

jeunesse4.jpeg

 

 
«Tout le système d'éducation et de culture doit viser à donner aux enfants de notre peuple la conviction qu'ils sont racialement supérieurs aux autres peuples. [...] Je ne veux pas d'éducation intellectuelle. Le savoir ne fait que corrompre mes jeunesses.[...]»  [D
'après H. Rauschnig, Hitler m'a dit, Livre de poche, 1979]
 
 
tambour.jpeg
 
«Cette jeunesse n'apprend rien d'autre qu'à penser allemand. Si ce garçon ou cette fille entre dans nos organisations à dix ans et y respire pour la première fois de sa vie un air frais, pour entrer quatre ans plus tard dans la jeunesse hitlérienne où nous les gardons à nouveau quatre ans, ce n'est pas pour les rendre à leurs parents ; au contraire, nous les prenons aussitôt dans le parti ou dans le Front du travail ou dans les S.A. ou les S.S. Et si en deux ans dans ces formations ils ne sont pas entièrement devenus des nationaux-socialistes, alors ils accomplissent le service du travail pendant  six mois. Et s'il leur restait encore à ce moment quelque chose de leur conscience de classe, la Wehrmacht s'en occupera pour poursuivre le traitement pendant deux ans. Et il ne seront plus jamais libres tout au long de leur vie.»  [D'après Hitler, Discours de Reichenberg (Sudètes), le 2 décembre 1938]
 
 
jeunesse5.jpeg
 


 
 
 

Demain se construit aujourd'hui...

IMG_3460419478223.jpeg
 

PROTÉGER LES JEUNESSES ET LE MONDE DE DEMAIN

 
Tout système d'éducation renfermant des valeurs de nature à inspirer ou à entretenir, de façon implicite ou explicite, et par tout moyen de communication (oral, écrits, dessins, livres,...), des préjugés à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes pour son appartenance ou sa non-appartenance à une ethnie, une nation, une culture, une religion, une orientation sexuelle ou un sexe déterminé est à proscrire.
 
 
Et nul parent (Éducateur) ne doit ignorer les conséquences négatives qui peuvent résulter d'une éducation intolérante : raciale, xénophobe, suprémaciste, etc.,  renfermant des valeurs et des hiérarchies inadaptées à des pays cosmopolites et à un monde multiculturel où seul la modération, le respect et la tolérance peuvent permettre le vivre ensemble.
 
Ces conséquences sont multiples :
 
 
-frustration et fragilisation identitaire ;
 
-haine de soi et de l'Autre ;
 
-et à son paroxisme, violence, délinquance et criminalité...
 
 
Et en éducation, comme en tout autre enseignement, la modération est une nécessité.
 
L'enseignement de la tolérance et de l'ouverture à l'Autre doit donc se pratiquer avec sagesse, par le dialogue et la confrontation des pensées.
 
Car nulle éducation ne peut être transmise avec vigueur sans courrir le risque d'engendrer : soit un rejet total ou partiel des valeurs éducatives prônées ; soit la construction de certitudes considérées comme absolues, et dépourvues d'un élément nécessaire à l'acquisition de nouveaux savoirs et au vivre ensemble : le doute ! 
 
 [CRNB/BMC]
 
IMG_93943252078785.jpeg
 
IMG_94409577680442.jpeg
 
 
 
 
 

DU BULLETIN DE VOTE

 
Ayez une conscience citoyenne !
Quel monde idéal que celui où le dire et le faire vont ensemble. Mais dans cette attente, il  peut s'avérer pleinement utile de réaliser une petite introspection :
« Un Homme se définit avant toute chose par ses actes.»
 « CITOYENS ET PARTIS POLITIQUES, vous êtes ce que vous supportez et entretenez, et non ce que vous prétendez être !  
 
 
De la discrimination 
La discrimination est un fléau ; elle tend à construire, consciemment ou subconsciemment : 
-des généralisations ; en attribuant des valeurs présupposées à des groupes humains définis.
-Ainsi que des hiérarchies entre ces différends groupes.
Une fois constituées, ces hiérarchies entretiennent des facteurs tels que l'intolérance, le suprémacisme, le racisme, l'ethnicisme ou la xénophobie.
 
« Tout parti politique tenant des propos de nature à discriminer au moins un groupe humain peut être considéré, à l'aune des conséquences qu'il engendre, comme un parti intolérant, raciste ou suprémaciste.» 

 

 

 En conclusion

 

«Si l'intolérance a déjà conduit les Hommes à se livrer de nombreuses guerre, à réduire leurs semblables à l'état d'esclave, à accomplir les pires actes de barbarie et à industrialiser la mort. Il est indéniable que jamais, et ce, à travers toute l'Histoire de l'humanité, un seul conflit meutrier n'a eu comme toile de fond : la tolérance.»

 

 

 

[CRNB/BMC]

 
 
 
 
 
 
 
 
IMG_11666543552766.jpeg
 

CHRONOLOGIE DES GRANDS ÉVÉNEMENTS DEPUIS 1789

 
-1789, 26 août : Déclaration des droits de l'Homme : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme."
 
-1814, juin : Article 8 de la Charte : "Les Français ont le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions en se conformant aux lois qui doivent réprimer les abus de cette liberté."
 
-1830, 26 juillet : Une ordonnance contre la presse déclanche la Révolution de Juillet. Au mois d'août, l'article 7 de la Chartre affirme : "Les Français ont le droit de publier et de faire imprimer en se conformant aux lois. La censure ne pourra jamais être rétablie."
 
-1848 : Sous la IIe République, le timbre est supprimé, le cautionnement suspendu, la législation répressive assouplie.
 
-1852, 17 février : Sous le Second Empire, la Chartre de la presse assujettie les journaux. Autorisation préalable rétablie.
 
-1881, 29 juillet : Sous la IIIe République, la liberté de la presse est proclamée.
 
-1882 : Nouveau délit d'outrage aux bonnes moeurs.
 
■ 1914-1918 : LA GRANDE GUERRE ("PREMIÈRE GUERRE MONDIALE")
 
-1914, 14 août : État de siège : les autorités militaires ont le droit de suspendre ou d'interdire des journaux.
 
-1939, 21 avril : Le décret-loi Marchandeau sanctionne la propagande antisémites.
 
■ 1939-1945 : SECONDE GUERRE MONDIALE
 
-1940, juillet : Sous vichy, la presse est placée sous le contrôle du secrétaire général à l'Information.
 
-1949, 16 juillet : Loi sur les publications destinées à la jeunesse.
 

-1972, 1er juillet : La loi Pleven criminalise l'injure ou la diffamation à caractère raciste, ainsi que la provocation à la haine ou à la violence raciale.

 

-1990, 13 juillet : La loi Gayssot étend la loi Pleven. L'article 9 pénalise la contestation des crimes contre l'humanité.

 

-1994 : Arrêt du Tribunal de grande instance de Paris : "La liberté d'expression de l'humoriste ne trouve de limite que dans l'intention malveillante, l'atteinte à la vie privée des personnes ou le dénigrement."

 

-2013 : Fin du délit d'offense au chef de l'État.

 

-2015, 7 juillet : SEPT JOURNALISTES DE CHARLIE HEBDO SON ASSASSINÉS.

 

[L'Histoire]
 
 
 
 

LA RÉCONCILIATION FRANCO-ALLEMANDE

Bundesarchiv_B_145_Bild-F015892-0010_Bonn_Konrad_Adenauer_und_Charles_de_Gaulle.jpeg
 
1962_de_gaulle_adenauer.jpeg
 
Charles_de_Gaulle_Konrad_Adenauer.jpeg
 
600px-DeGaulleAdenauer.jpeg
Stèle commémorative : le président de la République française Charles de Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer
 
 
 
□ Le 14 septembre 1958 de Gaulle reçoit Adénauer à Colombey-les-Deux-Églises. C'est l'unique fois où le général de Gaulle a convié un chef d'État étranger chez lui.
 
□ Puis, le 22 janvier 1963, ils signent le traité de l'Élysée (Paris) qui scelle la réconciliation franco-allemande.
 
 

hollande-merkel-1_5186037-1.jpeg
2015... Le président François Hollande et la chancelière Angela Merkel

 
 
 

Un journal, un livre, et des citations

Le Petit journal, quotidien francais, 1863-1944
330px-PetitJournal1899.jpeg
IMG_36756472037284.jpeg

Le-Petit-Journal-supplement-illustre-11-fevrier-1912-couverture-©-Gallica-BnF.jpeg
Le-Petit-Journal-Supplement-Illustre-1891-1893-26.jpeg39384_098895.jpegpetit-journal.jpegimage-9.jpeg

 
 
IMG_3269408968775.jpeg
Beate et Serge Klarsfeld, un couple au service de la vérité : la traque sans relâche d'anciens criminels nazis.

quote-la-verite-d-un-homme-c-est-d-abord-ce-qu-il-cache-andre-malraux-129527.jpeg
verite11.jpegquote-la-verite-d-un-homme-ne-peut-se-reconnaitre-que-dans-ses-contradictions-jacques-chancel-171006.jpeg85606_tribunal2-jd331.jpeg103423472.jpeg
 
 
 
 
 
13525.jpeg





[Article ; sources : CRNB / L'HISTOIRE 410 / D'après H. Rauschnig, Hilter m'a dit, Livre de poche]
Photos : archives



 
 
 
 


02/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres