Club de Réflexion Noctua & Bubo (CRNB) -Think tank-

Club de Réflexion  Noctua & Bubo          (CRNB)    -Think tank-

Corps humain | Histoire de la médecine, maladies graves, psychanalyse, bien-être...

anatomie_face.jpg
51542016050913233831485940_640.jpg
La ballerine Olga Kuraeva  [Photo : Alexander Yakovlev]

 

 

 

 

 

Bioéthique

L'interrogation ou la dénonciation inquiète des Hommes vis à vis de la science en général, et plus précisément de la médecine, n'est pas nouvelle. Hyppocrate (460-377 av. notre ère), le premier, avait fixé un code qui contrôlait l'«activité» (tekhnê)  des médecins : ce texte énoncait des principes de respect et de droits du patient, reconnu en tant qu'être humain. Cl. Bernard (1813-1878), quant à lui, s'efforcera de déterminer les limites d'une «pratique anatomique raisonnable» et conclura, à propos des expériences conduites sur l'Homme, qu'il en est de défendues, «celles qui peuvent nuire» ; les autres, innocentes, sont permises et «celles qui peuvent faire du bien son commandées».

 

 

 

 

 

" Ce n'est rien de mourir ; c'est affreux de ne pas vivre."
(Victor Hugo)
 
07ead97479f03fd5981d39737c6e5580.jpg

 

 

 

 

 

Les sciences médicales 

La pensée humaniste a placé l'Homme au centre de la Création : elle est résolument optimiste et croit au progrès ; elle refuse l'autorité et prône l'expérience et le libre examen. Il en ressort un esprit nouveau, aux origines de la démarche scientifique, qui va s'avérer dans l'avenir si féconde. On le perçoit déjà dans les recherches et les projets de Léonard de Vinci. Il s'affirme chez le Polonais Copernic  (1473-1543) qui conteste, en 1543, la cosmographie traditionnel et pose que les planètes tournent autour d'un soleil fixe. Il conduit les médecins Vésale (1514-1564), Ambroise Paré (1509-1590) et Servé à oser la dissection de cadavres pour connaître le fonctionnement de l'organisme et l'origine des maladies.

 

 

220px-Hippocrates_rubens.jpg

Hippocrate

 " Que ton alimentation soit ta première médecine."

 

 

 

La physiologie 

 

CHARLES RICHET (1850-1953). Il travaille dès 1880 sur la chaleur animale, les sérums, puis sur les phénomènes «supranormaux», relevant du «métapsychisme». Il publie de nombreux ouvrages dans ces domaines avant et après la Première Guerre mondiale,  et reçoit le prix Nobel de médecine en 1913.

 

PAUL PORTIER (1866-1962). Il enseigne la physiologie comparée à Paris,  et celle des animaux marins à l'Institut océanographique de Monaco. Il avait découvert en 1902 avec Charles RICHET le phénomène de l'anaphylatie (hypersensibilité d'un être à la seconde introduction d'une substance dans son organisme).

 

 

 

La vaccination 

 

ALBERT CALMETTE (1863-1933). Fondateur de l'Institut bactériologique de Saigon (1891) et de l'Institut Pasteur de Lille (1896), il effectue des recherches sur les sérums antivenimeux et antipesteux. Il réussit surtout, en collaboration avec Camille Guerrin (1872-1961), microbiologiste qui travaille avec lui à Lille et à Paris sur les maladies infectieuses, à mettre au point en 1923 le BCG, vaccin contre la tuberculose qui porte leur nom (Bacille Calmette Guérrin) et qui est utilisé dans le monde entier.

 

PIERRE LEPINE (1901-1989). Fils de Jean Lépine, il fut à partir de 1927 l'élève de Constantin Levaditi (1874-1953) à l'Institut Pasteur de Paris. Ils y travaillent sur les affections à tréponèmes, les virus neurotropes et l'utilisation du bismuth dans le traitement de la syphilis. Pierre Lépine prolonge ses recherches sur les virus et leur rôle dans l'encéphalite, la rage, la poliomyélite, et mettra au point un vaccin contre cette maladie  (en 1954). Il développe l'usage de l'ultracentrifugation et du microscope électronique dans l'étude des lésions cellulaire.

 

 

 

Clinique et patholyogies médicales 

 

CHARLES ACHARD (1860-1944). Professeur de clinique médicale à la faculté de médecine de Paris avant la Première Guerre mondiale, il travaille sur les kystes congénitaux, le colibacille, les leucocytes et les plaquettes, le choc anaphylactique et la glycolyse.

 

FERNAND WIDAL (1862-1929). Professeur de clinique médicale à la faculté de Paris, il laisse une oeuvre importante en biologie. Il spécifie le bacille d'Eberth et effectue avec André Chantemesse (1851-1919) la première vaccination antityphoïdique d'animaux de laboratoire. Il découvre le sérodiagnostique de la typhoïde, le cytodiagnostique des épanchements pleuraux et du liquide céphalorachidien avec Paul Ravaux (1872-1934), qui travaille aussi sur la syphilis, le paludisme et l'amibiase, et Jean Sicard. Fernand Widal travaille aussi sur la pathologie rénale et la déchloration avec son élève André Lemierre ; il précise le rôle de la rétention d'urée et développe la clinique des néphrites.

 

JEAN SICARD (1873-1929). Professeur de pathologie à la faculté de Paris, il met également au point le traitement des varices par des injections sclérosante, celui des algies par alcoolisation nerveuse et les injections d'huile iodée opaque à la radiographie.

 

ABDRÉ LEMIERRE (1875-1956). Il étudie ensuite les staphyloccocies malignes de la face, les septicémies à anaéobies, et avec James-Paul Reilly la clinique des syndromes malins des maladies infectieuses.

 

JAMES PAUL REILLY (1887-1974). Il travaille également sur les septicémies, la pathologie rénale, ainsi que sur la fièvre typhoïde.

 

 

 

De grands chirurgiens 

 

ALEXIS CARREL (1873-1944). Il est l'un des fondateurs de la chirurgie moderne, mettant au point la technique de la suture des vaisseaux sanguins et de la conservation des tissus in vitro et expérimentant la transplantation d'organe. Médecin major durant la Première Guerre mondiale, il a également imaginé le traitement des blessures par irrigation continue d'hypochlorite de soudés (solution de Dakin). Mais c'est surtout aux États-Unis qu'il trouve un milieu favorable pour poursuivre ses recherches. Revenu en France, il crée durant l'Occupation la Fondation française pour l'étude des problèmes humains.

 

THIERRY DE MARTEL (1876-1940). Il travaille d'abord dans le service de Paul Segond  (1851-1914), professeur de clinique chirurgicale à Paris et fondateur de l'enseignement de la gynécologie. Puis il développe cette spécialité, met au point une nouvelle technique de trépanation et crée avec Clovis Vincent la neurochirurgie française.

 

CLOVIS VINCENT  (1879-1948). Ce dernier etudie en particulier les tumeurs de l'hypophyse, les abcès du cerveau, l'oedème cérébral... 

 

 

 

La neuropsychiatrie

 

JOSEPH-JULES BABINSKI (1857-1932), qui a décrit plusieurs signes cliniques d'affection neurologique  («signe de Babinski»), et Pierre Marie  (1853-1940), qui a travaillé sur l'aphasie et l'ataxie cérébelleuse, fond figure de précurseurs en neurologie.

 

JEAN LÉPINE (1876-1967). Professeur de clinique neurologique et psychiatrique à la faculté de Lyon à partir de 1911, il étudie le rôle des chocs sur les maladies mentales. Il prolonge la réflexion entreprise au XIXe siècle par Philippe Pinel (1745-1826), qui avait obtenu que les aliénés soient suivis par des médecins, et ne soient plus attachés, et celle de Jean Esquirol (1772-1840), son élève, qui continua son oeuvre et enseigna la clinique des maladies mentales. L'un et l'autre peuvent être considéré comme les fondateurs de la psychiatrie moderne.

 

 

 

La parasitologie

 

ALPHONSE LAVERAN (1845-1922). Médecin militaire, il découvre l'hématozoaire du paludisme lors de son séjour en Algérie en 1878. Il quitte l'armée en 1897 pour se consacrer entièrement à l'étude des protozoaires pathogènes et entre à l'Institut Pasteur. Il obtient le prix Nobel de médecine en 1907 et laisse de nombreux ouvrages en particulier sur le paludisme et les fièvres.

 

 

 

La chimiothérapie 

 

ERNEST FOURNEAU (1872-1949). Chef de laboratoire à l'Institut Pasteur à partir de 1911, il est à l'origine du développement de la chimiothérapie. Il utilise des dérivés de l'arsenic pour soigner la syphilis, le pian, les trypanosomiases, il travaille sur l'usage des sulfamides, les anesthésiques, le traitement du paludisme.

 

JACQUES TRÉFOUEL (1897-1977). Il se consacre plus particulièrement à la chimiothérapie antibactérienne et à l'étude de l'action des sulfamides en ce domaine. Il sera directeur de l'Institut Pasteur de 1940 à 1964).

 

 

 

La pharmacologie 

 

GUILLAUME VALETTE (1902-1982). Professeur à la faculté de pharmacie de Paris en 1938, il étudie la circulation lymphatique et développe la pharmacodynamie. Dans ce domaine, il travaille sur l'action des anesthésiques locaux, sur la pénétration cutanée des hydrocarbures, des alcools et des esters, sur la détoxication de l'histamine, sur la tachyphylaxie..., et d'une façon générale sur la biochimie médicamenteuse.

 

 

 

L'endocrinologie

 

ROBERT COURRIER (1895-1986). Professeur au Collège de France, il travaille sur l'action et le métabolisme de la progestérone et de l'oestradiol, qu'il appelle «folliculine».

 

 

AVT_Alexis-Carrel_9467.jpeg

Alexis Carrel

 

 

calmette_micro-1.jpg

Albert Calmette

 

 

7405_maxi_1albertca.jpg
12bb019c6c35897227b9237b64e4079f_f302.jpg

Albert Calmette et Camille Guerrin

 

 

Ernest_Fourneau_(Institut_Pasteur).jpg220px-Ernest_Fourneau_(Laboratoire_des_frères_Poulenc).jpg

Ernest Fourneau 


 

 

 

La psychanalyse 

640px-Sigmund_freud_um_1905.jpg

 

SIGMUND FREUD  (1856-1939). Freud introduit en 1896 le néologisme Psychanalyse pour désigner la discipline qu'il à lui-même inventée, et qui est à la fois un procédé d'investigation des processus inconscients, une méthode de traitement des névroses, et une théorie d'ensemble de la vie psychique, prétendant constituer une science à part entière.

 

Freud à raconté à plusieurs reprises, en particulier dans son autobiographie Ma vie et la psychanalyse  (1925), les circonstances qui ont entouré la naissance de la psychanalyse. Médecin de formation, il se consacre á partir de 1890 au problème posé par les symptômes hystériques. Écrites en collaboration avec Breuer (1842-1925), les Études sur l'hystérie  (1895) mettent en place les principes fondamentaux de ce qui va devenir la psychanalyse. Les symptômes hystériques sont des réminiscences : le sujet y revit, à son insu, un traumatisme ancien, de nature sexuelle, qu'il exprime de façon symbolique. Le traitement doit suciter une remémoration véritable de ces événements traumatiques, permettant de réintroduire dans la conscience ce qui a été refoulé par le sujet : la cure est ainsi une catharsis  (en grec, «purification», «purgation»), une libération par la parole. La méthode élaborée par  Freud est donc bien, au sens propre, une «psychanalyse», une analyse du psychisme : le principe qui l'anime est de chercher la source des perturbations du psychisme dans le psychisme lui-même, et non dans un mécanisme corporel qui lui serait extérieur. Elle se heurte logiquement, dés son apparition, à une double hostilité : celle de la tradition médicale, selon laquelle le traitement des symptômes ne peut consister qu'en une action effective sur leurs causes organiques ; et celle de la tradition philosophique issue de Descartes, selon laquelle le psychisme est intégralement conscient par définition, si bien que ce qui est obscur en lui ne peut lui venir que du dehors. L'enjeu de ce double combat est la notion d'inconscient psychique, véritable clef de voûte de la psychanalyse.

 

La psychanalyse, dans ces différents courants, considère les récits mythiques comme la formulation de structures inconscientes : ainsi Freud utilise-t-il le personnage d'Œdipe pour mettre en lumière les relations complexes unissant l'enfant à sa mère. Jung (1875-1961) installe pour sa part l'idée d' "inconscients collectifs" qui apparaît dans des symboles culturels tels les mythes, les contes, le folklore.

 

Selon le psychanalyste Lacan (1901-1981), l'analyste n'est pas pour son patient un «autre», un alter ego semblable à ceux que le sujet côtoie depuis toujours, et qui lui renvoie l'image dans laquelle il se retrouve, l'image de son «Moi» plein et achevé. La relation avec l'analyste détruit au contraire cette plénitude imaginaire, car l'analyste y occupe le «lieu de l'autre» révélant au sujet sa division et sa béance irrémédiable. Elle subvertit du même coup toute psychologie.

freud_writing.jpg2663392-1.jpg19968_900.jpgfreud_sophie_1919.jpg

siganna.jpg

 

 

 

Citations de Sigmund Freud


ob_d71a94_freudcivilisation.jpg

 

" L'Homme est rarement tout à fait bon ou mauvais. Le plus souvent bon dans telle relation. Mauvais dans telle autre ou bon dans telle circonstance et dans telle autre franchement mauvais."

 

" Il existe deux manières d'être heureux dans sa vie : l'une est de se faire passer pour un idiot, l'autre est de l'être vraiment."

 

" La civilisation est quelque chose d'imposé à une majorité récalcitrante  par une minorité ayant compris comment s'approprier les moyens de puissance et de coercition."

 

200px-Sigmund_Freud_1926.jpg

 

 

 

 

 

 

Quelques maladies graves à travers l'Histoire

Vers 2500 av.  notre ère : la grippe. Origine (la plus vraisemblable) : Chine.
Vers 1600 av. notre ère : la petite vérole. Origine : Égypte.
Vers 600 av. notre ère : la lèpre. Origine : est-africaine ou  moyenne-orientale .(Apparition anterieure : en  Inde / découverte d'un squelette -d'environ 4000 ans- atteint (en toute vraisemblance)  par la lèpre.
VERS 400 av. notre ère : les oreillons.
~541-543 : la peste bubonique (peste de Justinien) / pulmonaire en Europe. Au milieu du VIIIe siècle, la peste «disparaît» : les chroniques en perdent la trace...
~1320-1334 : le retour de la peste bubonique. Origine : Asie centrale (Mongolie) / Chine. (Un quart de la population européenne meurt de la Peste noire (bubonique) : entre 1346 et 1352).
1485-1552 : la suette anglaise.
1495  : la syphilis en Europe. Origine : il y a deux théories. L'une, dite colombienne, ou américaine (1493, par les marins de Christophe Colomb de retour des Antilles) ; l'autre, dite unicite, fait remonter les origines de la syphilis à la préhistoire (émergence de plusieurs foyers et formes).
1840 : la poliomyélite / polio épidémique. Origine : depuis la préhistoire. Premier cas certain : celui de Sir Walter Scott, en 1773. Première description :  celle du médecin britannique Michael Underwood, en 1789. Première article médical : celui de l'orthopédiste allemand Jakob Heine, en 1840. Premières grandes épidémies : à partir des années 1880, en Europe, et peu de temps après, au États-Unis.
1918-1919 : la grippe espagnole (qui a tué 20 à 50 millions de personnes dans le monde à la fin de la Première Guerre mondiale). Origine (la plus vraisemblable) : Kansas, États Unis.
1959 : le sida. Origine : Afrique.
1962 : la maladie de Lyme. Origine : États-Unis.
1969 : la fièvre de Lassa. Origine : Afrique / Nigéria.
 
Polio_Egyptian_Stele.jpg
Stèle égyptienne (1403-1365 av. notre ère) figurant un patient vitime de la polio.
 
640px-Jakobheine.jpgJakob Heine (1800-1879)
 
Grippe espagnole
PHO77b89f68-cfb8-11e3-88af-b44468920d84-805x453.jpgMalades atteints par la Grippe espagnol. Lieu : États-Unis

 

 

 

 

 

Hippocrate 

la-traumatologie-appliquee-dans-la-grece-antique-2-16-728.jpgla-traumatologie-appliquee-dans-la-grece-antique-2-19-728.jpgslide_11.jpg

Le serment d'Hippocrate

250px-HippocraticOath.jpgSERMENT-HIP-image.jpgcaducée2.pngob_c70fa48d4897d6b88d0df5caa2f0d6ed_hypocrate.jpgmedecine.jpg

 

La médecine dans l'Antiquité grecque 

34.jpg

 

La médecine dans l'Antiquité romaine 

450px-Rimini219.jpg

 

Instrument de médecine

Période : Antiquité romaine 

03-01a-e1340119713571-1.jpg

 

 

 

 

 

 

Le stéthoscope

Le médecin français René-Théophile-Hyacinthe Laennec (1781-1826)

Rene-Laennec-467457.jpglaennec1_apart.jpglaennec01.jpg

Le stéthoscope de René Laennec.

 

 

Laennec invente le stéthoscope (d'abord baptisé cylindre) le 17 février 1816. L'invention de Laennec est un instrument en bois en trois parties mobiles. On raconte que la première version du cylindre fut composé d'une simple liasse de papier. Le premier manuscit mentionnant une oscultation à l'aide de cet instrument date du 8 mars 1817. La patiente : Marie Mélanie Basset, 40 ans. Pierre Piorry améliore le stéthoscope vers 1830.

 

piorry-1.jpg

Le médecin français Pierre Adophe Piorry (1794-1879) et son stéthoscope amélioré. Le stéthoscope bi-oculaire est imaginé en 1829, mais seulement construit à partir de 1851.

 

 

L'histoire du caducée

 

 

 

 

 

 

Ambroise Paré

ambroise-pare.jpgChirurgie.jpgb4256e64-cc35-11e1-ab47-03a33215defe-493x178.jpgdissection-2.jpgarticle-bal-140213.jpgprotheses.jpg7006304_orig.jpg


 

36333.gif

Résistance du corps humain

3489.jpgdesert-scenes-de-vie-7-8-1536x1024.jpgdesert-touareg-1.jpg

Touaregs

 

 

 

TEMPÉRATURE

 

Températures qu'un corps humain (en bonne santé génerale) peut supporter.

Minimale : 28º Celcus

Maximale : 42º Celcus

En dehors de ces limites les températures deviennent létales.

 

Températures d'environnement supportables (sans équipement spéciaux).

Minimale : inférieure à 0° C

Maximale : 75º/80º C

Selon les  conditions extérieures (vent, milieu aquatique, etc)

 

 

Hypothermie 

Température normale du corps humain : entre 35º et 37 ºC.

Entre 32º et 35º C :  hypothermie modérée.

Entre 28º et 32º C : hypothermie importante.

En dessous de 28 º: hypothermie sévère.

En dessous de 20º : la survie est exceptionnelle. 

Les conséquences de l'hypothermie dépendent de l'état de santé générale, des conditions climatiques, du degré d'exposition,  etc).

 

 

 

ACCÉLÉRATION

 

Le cerveau peut supporter une accélération de 9 G pendant 0,5 ms avant de subir des dégât létaux (soit 317,7 Km/h en une seconde.

 

 

 

 Inuits

construction-igloo_pda.jpgigloo-against-blue-sky.jpg6a00d8341ce44553ef014e8b76f677970d-800wi.jpgein-selten-gewordenes-bild-inuit-auf-der-jagd-e5.jpgsimon_tradcloth.jpgPHO08672bec-b2c6-11e4-82c0-d02a422c09b6-805x453.jpg

 

 

 

La criothérapie

Les soins par le froid

 

Les soins par le froid existent depuis l'Antiquité, mais la méthodologie scientifique (évaluation des résultats) ne voit le jour qu'à partir d'une innovation japonaise de la fin des années 1970. C'est le docteur Yamaguchi qui invente la chambre de criothérapie (injection d'aires nitrogéné) en 1978.

 

FB_IMG_1482579326475.jpg

La judoka française Amélie Guihur devant une chambre de criothérapie

Championne de France senior (2015).

Championne de France junior (2013).

 

Voir :  Les sportifs et la criothérapie

Voir : Indications et contre indications de la criothérapie

 

 

Annie Lennox - Cold


 

Voir aussi : Annie Lennox - Cold (version concert)

 

0002.gif

 

 

 

De quoi sommes-nous fait ?

2016-12-30 17.16.34.png

 

Environ :

 

-65 %  d'oxygène 
-18,5 %  de carbone 
-9,2 % d'hydrogène 
-3,2 %  d'azote 
-1,5 %  de calcium 
-1 %  de phosphore 
-1,3 %  d'autres substances

 

 

53e09fae8cd8f6ff9d19d213ad44f7d4.jpgFB_IMG_1481974042627.jpg
I-Grande-11887-planche-anatomique-la-musculation.net.jpg

Planche anatomique 

 

Usain-Bolt052729.jpg-Londres-2012.jpg

Le sprinter jamaïcain Usain Bolt

Il détient actuellement 3 records du monde : 100 m (9 s 58), 200 m (19s 19) et relais 4x100 m (36 s 84).

Détenteur sur 200 m du record du monde junior (19 s 93) et de la meilleure performance cadet (20 s 13).

 

 

 

Les émotions de la danseuse Olga Kuraeva

 

Des expressions du corps et de l'esprit

 

FB_IMG_1482970348950.jpgOlga Kuraeva

 

La ballerine Olga Kuraeva, membre de la Bolshoi Ballet Academy, utilise la danse pour exprimer des émotions. La scène, la photographie (notamment avec Alexander Yakovlev) et la vidéo lui permettent de transmettre ce qu'elle ressent.

 

Olga pose pour des portraits qui sont l'expression d'émotions.

 

«I am not an actress. If I am not going through a certain emotion, I won't be able to express it through dance. It doesn't matter if I dance well or not -the most important thing is that I am real.»

 

  

32ec16cbe8e466ea335fb86bdaf96b8b.jpg

 

Olga Kuraeva -Vidéo 1

Olga Kuraeva -Vidéo 2

Olga Kuraeva -Vidéo 3

Olga Kuraeva -Vidéo 4

 

Voir aussi (sur ce blog) :

-Album photos Olga Kuraeva

-Album photos Alexander Yakovlev

 

20161230_152329-COLLAGE.jpgAlexander-Yakovlev-088.jpg[Photo : Alexander Yakovlev]

 

FB_IMG_1482970593204.jpg

Olga Kuraeva

Professional dancer, Teacher of classical dance

 

 

 

 

 

Citations

art_781_32678_medi66-1.jpg

 

" Mon but n'est pas d'enseigner, je suis ni un scientifique ni un professeur. Je suis un découvreur, mon but est d'émerveiller. On aime ce qui nous a émerveillé, et on protège ce que l'on aime."

(Jacques-Yves Cousteau)

 

" Un savant médecin dit : La meilleure médecine c'est de l'amour et de l'attention. Et quelqu'un demanda : Et si ça ne fonctionne pas ? Le médecin sourit et répondit : Augmente la dose."

 

" Tout médecin devrait être un nutritionniste et pratiquer une véritable nutrithérapie."

(Jean-Claude Rodet).

 

" Les mathématiques, la chimie, la médecine s'introduisirent peu à peu dans les écoles les plus renommées de l'Europe, tant par les traités que par les découvertes et les expériences. Sans les Arabes, difficilement y aurait-il eu un Gerbert, un Albert le Grand, un Arnaud de Villeneuve, un Roger Bacon, un Raimond Lulle ; tous ils avaient fréquenté les sages de l'Espagne ou étudié leurs écrits."

(Johann Gottfried von Herder) 

 

" Il faut plus d'imagination, de jugement, et d'intelligence pour devenir un grand médecin que pour devenir un grand chimiste."

(Alexis Carrel)

 

 

 

 

 

Reconnaissance...

Gerty_Theresa_Cori.jpg

Gerty Theresa Cori (Prague, 1896 - Saint-Louis, 1957) :  Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1947 (Conversion catalytique du glycogène) / États-Unis.


Barre-Sinoussi_420.jpg

Françoise Barré-Sinoussi (France, 1947) : Prix Nobel de physiologie ou médecine en 2008 (VIH) / France.

 

RTEmagicC_41723_le_prix_nobel_de_medecine_16202_hd_txdam32581_9dd4e4.jpg20161231_184609-COLLAGE.jpg

Voir :  Les bienfaits du rire



 

 

D'où vient votre fatigue ?

 Comprendre son origine :

 

-le surentrainement ?

-le surmenage ?

-la maladie ?

-la déprime ?

-le manque de sommeil ?

 

 

 

TESTE 

 

1) Vous vous sentez fatigué(e)

 

A : Durtout le matin

B : En milieu de journée 

C : Plutôt le soir 

D : Toute la journée 

 

 

 

2) Vous sortez

 

A : D'une période d'activité intense 

B : D'une période de repli sur vous-même 

C : De maladie

D : D'une phase difficile psychologiquement 

 

 

 

3) À table

 

A : Vous êtes au régime 

B : Vous aimez la bonne chère

C : Vous avez peu d'appétit 

D : Vous essayez de manger équilibré 

 

 

 

4) Vous pratiquez une activité physique 

 

A : Tous les jours 

B : Une ou deux fois par semaine 

C : Très régulièrement 

D : Jamais 

 

 

 

5) En ce moment 

 

A : Vous avez bon moral, c'est juste le corps qui ne suit pas

B : Vous avez des soucis 

C : Votre humeur fait des montagnes russes 

D : Il ne se passe rien de spécial dans votre vie, pourtant vous aimeriez bien

 

 

 

6) Votre sommeil 

 

A : Vous avez du mal à vous endormir le soir

B : Vous vous réveillez aux aurores 

C : Vos nuits sont "hachées"

D : Même en dormant assez vous êtes fatigué au réveil 

 

 

 

FAITES LES COMPTES 

 

Question 1

A = 1 ; B = 2 ; C = 3 ; D = 4

 

Question 2

A = 2 ; B = 3 ; C = 4 ; D = 1

 

Question 3

A = 3 ; B = 4 ; C = 1 ; D = 2

 

Question 4

A = 2 ; B = 4 ; C = 1 ; D = C

 

Question 5

A = 4 ; B = 1 ; C = 2 ; D = 3

 

Question 6

A = 2 ; B = 1 ; C = 3 ; D = 4

 

 

 

SI VOUS OBTENEZ UNE MAJORITÉ DE :

 

4  Votre épuisement est avant tout physique 

 

2  Vous souffrez surtout d'une fatigue nerveuse 

 

1  Votre lassitude vient plutôt du moral.

 

3  Votre fatigue résulte d'erreurs liées à votre hygiène de vie.

 

Teste tiré du livre du docteur Jean-Loup Dervaux, Bilans de santé  personnalisé selon l'âge, le sexe et le terrain  (ed. Dangles).

 

 

 

 

 

Olga Kuraeva 

tumblr_o8e1x1oMpM1v8eghfo1_1280.jpg

Article - Sources : Le petit Larousse de l'Histoire de France  (ed. Larousse) . Culture générale (éd. Hatier) ; Encyclopédie Universalis. Photos (illustration) : Olga Kuraeva ; professional of dancer, teacher of classical dance / Photos/en partie : Alexander Yakovlev.



02/01/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres