Club de Réflexion Noctua & Bubo (CRNB) -Think tank-

Club de Réflexion  Noctua & Bubo          (CRNB)    -Think tank-

La vie de la Cité...

Une petite réflexion entre amis... 

 

dfb.jpeg

 

 

" Nous ne traversons ce monde qu'une fois. Peu de tragédies sont plus graves que de ne pas permettre à la vie de s'épanouir, peu d'injustices sont plus pronfondes que de réduire à néant les occasions de se développer, ou même d'espérer."  -Stephen Jay Gould, La mal mesure de l'Homme

 

" Si la misère de nos pauvres est causée non par les lois de la nature, mais par les institutions, grand est notre péché."  Charles Darwin (1809-1882)

 

 

 

 

 

"Mais cela faisait déjà longtemps que la nuit avait commencé de tomber..."

 

De la Renaissance aux Lumières :

Cette nouvelle conception de l'Homme qui cessait d'étre un instrument au service de Dieu, s'inscrivait dans l'élan de la Renaissance qui avait déja érigé l'être humain, jusque-là simple rouage de l'ordre féodal, en un être unique, digne d'être étudié dans sa singularité. Désormais, les philosophes, s'intérogeant sur le sens de l'existence, lui donnèrent comme finalité la recherche de la dignité humaine : lutter pour tout ce qui élève sa condition matérielle ou morale. Le mouvement des Lumières fut un nouvel humanisme.

 

 

De l'appartenance au genre humain :

Les intéllectuelles des Lumières proclamaient que tous les peuples sont frères et qu'ils doivent êtres solidaires face aux tyrans. Montesquieux dit :

 

" Si je savais quelque chose utile à ma nation qui fût ruineuse à une autre, je ne la proposerais pas à mon prince, parce que je suis Homme avant d'être Français ou bien parce que je suis nécessairement Homme, et que je ne suis Français que par hasard. Si je savais quelque chose qui me fût utile, et qui fût préjudiciable à ma famille, je la rejetterais de mon esprit. Si je savais quelque chose utile à ma famille, et qui ne le fût pas à ma patrie, je chercherais à l'oublier. Si je savais quelque chose utile à ma patrie, et qui fût préjudiciable à l'Europe, ou bien qui fût utile à l'Europe et préjudiciable au genre humain, je la regarderais comme un crime."

 

 

De la richesse à la pauvreté :

Les philosophes des Lumières radicaliserent leur propos à l'approche de la Révolution sous la pression du peuple exaspéré par la misère. Diderot écrit :

 

" Craignez l'affluence de l'or qui apporte avec le luxe, la corruption des moeurs, le mépris des lois ; craignez une trop inégale répartition des richesses, qui montre un petit nombre de citoyens opulents et une multitude de citoyens dans la misère ; d'où naît l'insolence des uns et l'avilissement des autres. Partout le riche exploite le pauvre."  Et va jusqu'à écrire :

 

" pendez-les, s'il le faut, ces perfides riches et recouvrez votre dignitez ! "

 

 

" Mais cela faisait déjà longtemps que la nuit avait commencé de tomber... " 

 

 

 

Article CRNB



18/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres